Eau

L’eau et les plantes

L’eau est le constituant le plus important des organismes vivants, dans les végétaux elle est présente à 75% mais dans la graine seulement à 10%.
Les animaux sont composés en moyenne de 60 % d’eau.
Le cycle de l’eau ou cycle hydrologique se rapporte à l’échange continu de l’eau entre l’hydrosphère, l’atmosphère, l’eau des sols, l’eau de surface, les nappes phréatiques et les plantes.

L’évapotranspiration

Transpiration : Le sol fournit à la plante l’eau et les éléments minéraux indispensables à sa croissance et à son développement. L’eau puisée dans le sol, pénètre par les racines et remonte à travers les vaisseaux de la plante vers les feuilles. Ces dernières vont à leur tour transpirer l’eau sous forme de vapeur d’eau par les stomates (pores des feuilles). La régulation de leur ouverture influence directement l’intensité de la transpiration qui permet la circulation de la sève, favorise le rafraîchissement des plantes, le transfert des sels minéraux où nécessaire mais principalement vers les feuilles, siège de la photosynthèse. La quantité d’eau rejetée dans l’atmosphère par la transpiration des plantes est très importante.

Évaporation : Parallèlement, le sol sous l’effet des rayons solaires et du vent laisse évaporer de l’eau vers l’atmosphère sous forme de vapeur d’eau.

Évapotranspiration : C’est le résultat de la simultanéité permanente de la transpiration de la plante et de l’évaporation de l’eau du sol.
Ces deux actions conjointes épuisent progressivement la réserve d’eau du sol.

Le réservoir d’eau du sol

La quantité d’eau retenue dans le sol allouée à la plante dépend de deux facteurs majeurs :
De la nature du sol (texture et structure) et de son volume dépendant des plantes dont les racines sont soit profondes et pivotantes soit superficielles et ramifiées.

Par le phénomène d’évapotranspiration, l’eau contenue dans le sol s’épuise. Cela implique pour la plante une dépense d’énergie de plus en plus importante pour subvenir à ses besoins.

Croissance

Lorsque la plante reçoit suffisamment d’eau, de chaleur, de lumière et de soleil elle peut croître à son rythme mais dès que les chaleurs deviennent trop fortes et l’hygrométrie trop faible, elle fait appel à son propre système de régulation pour éviter son appauvrissement en eau en fermant plus ou moins ses stomates, réduisant par là même sa croissance.

Comment réduire le besoin en eau des plantes ?

Il existe différents moyens naturels pour réduire leur besoin eau, voire de leur permettre de s’en passer.
Dans la nature, un sol nu peut être considérer comme mort.
Plus il sera couvert avec un ou plusieurs des éléments ci-dessous mentionnés, plus il sera vivant (insectes, animaux, humidité, plantes variées…)

  • Un mulch ou mulchage que l’on pourra disposer jusqu’à 10 cm de hauteur
    Il y a l’organique qui améliore le sol : BRF, foin, paille, herbe tondue…
    Il y a le minéral ou industriel : Pierres, graviers, galets, bâches…
  • Une couverture végétale avec des herbacées et/ou des ligneux afin de réduire l’érosion des sols, l’envahissement des adventices ou mauvaises herbes
  • Une litière forestière qui est un ensemble de feuilles mortes et débris végétaux en décomposition comme des feuilles et aiguilles de résineux, des branches et des fruits
  • Des fougères
  • Certaines matières sèches végétales bios
  • Un engrais vert fauché puis laissé à se décomposer sur place avant la culture suivante
  • Des plantes couvre-sol pour éviter le désherbage
  • Des mauvaises herbes
  • Un compost peu décomposé
  • De l’humus car il peut stocker jusqu’à dix fois son poids, retenir les nutriments comme l’azote, le phosphore et le potassium pour ainsi protéger les terres des inondations et reminéraliser les plantes.

Comment réduire le besoin en eau ?

Des plantes adaptées qui nécessitent peu d’eau
Une combinaison de plantes à étages permettant d’apporter de l’ombre au plantes du dessous

Avantages de la couverture permanente du sol

Elle limite l’évapotranspiration et l’érosion, constitue un abri pour de nombreux insectes, permet de garder un sol frais et favorise la biomasse et si couplé au compostage elle augmente sa teneur en humus tout en accroissant la vie micro-organique. Cela modifiera la structure du sol, le rendant plus souple, léger, riche, aéré et finalement il n’aura plus à être travaillé.

Gestion de l’eau

La gestion de l’eau en permaculture est incontournable. Voici ce qui peut être mis en place

  • Réduire ses besoins quotidien en mettant en place ce que nous avons abordé ci-dessus
  • Stocker l’eau dans des cuves, récupérer l’eau de pluie
  • En permettant à l’eau sortante d’être purifiée et ainsi d’obtenir une qualité égale ou supérieure à l’eau entrante
  • En donnant la part belle au micro organismes (compost, mulch, engrais verts…) et l’humus qui permettront l’aération des sols afin d’accroitre la capacité d’infiltration de l’eau. Cela apportera une humidité permanente et favorisera la pousse de vos légumes, arbres et plantes

Pour en découvrir plus
Notre pouvoir sur l’eau selon Masaru Emoto

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s